Newsletter No 13 mars 2014 – Usages innovants en e-éducation

Newsletter du sous-projet IDEFI uTOP INRIA Valorisation de la recherche par la formation

No. 13 – mars 2014
Toutes les newsletters

Quelques chiffres

  • 3 millions : c’est le nombre d’utilisateurs de la plateforme irlandaise ALISON (Advance Learning Interactive Systems Online), qui existe sur le marché du e-learning depuis 2007 (article, 17/02/2014).
  • 500 000 : c’est le nombre d’inscriptions aux vingt-huit cours de la plateforme allemande iversity après quatre mois d’existence (article, autre article, 19/02/2014).
  • 200 000 : c’est le nombre d’inscriptions aux MOOCs de la plateforme France Université Numérique (FUN) après son lancement, il y a deux mois (article, 27/02/2014).

Quoi de neuf en e-éducation ?

En France

MOOC

  • Cinq nouveaux MOOCs ont été annoncés ce mois-ci sur France Université Numérique (FUN) (section « Nouveaux cours »). D’ici l’été 2014, 55 cours en tout seront disponibles sur la plateforme (article, 11/03/2014).
  • Le portail web Ocean, qui recense des FLOTs en français (Formation en Ligne Ouverte à Tous) et en évalue la qualité, a ouvert un appel d’offre qui durera jusqu’au 10 mai prochain (annonce, vu le 14/03/2014).

E-learning, autres

  • La plateforme OpenSesame, qui a récemment reçu un important financement, souhaite devenir la plus grande plateforme e-learning pour les entreprises (article, 20/01/2014).
  • Le premier ministre souhaite confier au Conseil national du numérique une mission sur un grand projet de loi numérique pour le deuxième semestre. Ce projet aura deux volets : le premier aura pour sujet la compétitivité numérique française, le second, les droits et les ­libertés numériques. (article, 25/02/2014).

Dans le Monde

MOOC

  • De nombreuses initiatives en termes de multilinguisme ce mois-ci : la plateforme allemande OpenHPI délivre désormais ses cours en chinois (article, 17/02/2014) et une université canadienne lance le premier MOOC edX bilingue anglais-hindi, Engaging India (article, 03/03/2014). De son côté, Udacity s’est allié avec la compagnie tokyoïte Recruit Holdings afin de faire traduire ses cours en japonais (annonce, 14/03/2014).
  • Dave Cormier propose un MOOC pour apprendre à créer un MOOC d’introduction à la physique (article, 17/02/2014). De son côté, George Siemens, un autre pionnier canadien des MOOCs, va partager ses théories sur l’apprentissage dans un cours qui sera disponible sur edX (article, 05/03/2014).
  • Vivek Goel, président de l’Université de Toronto, devient directeur de la stratégie académique chez Coursera. David Liu rejoint également le consortium en tant que directeur juridique (annonce, 19/02/2014; article, 01/03/2014).
  • University of Houston System lance trois MOOCs dont deux à destination des lycéens, disponibles sur Coursera. Initiative intéressante, quand on sait que la majorité des inscrits aux MOOCs a déjà un diplôme (article, 20/02/2014).
  • Le premier Mooc de la Côte d’Ivoire, Investir et gagner à la BRVM a été lancé par l’institut de Management et des Technologies (IMAT) (article, 22/02/2014; podcast, 08/03/2014). A noter également, Facebook travaille avec edX à la construction d’une application mobile inspirée des MOOCs et intégrée au réseau social. Cette collaboration se fait dans le cadre de l’initiative SocialEDU. Cette application sera à destination des étudiants Rwandais (annonce, 24/02/2014).
  • Linux Foundation offrira un MOOC sur Linux via edX (article, 05/03/2014). En 4 jours, plus de 40 000 personnes s’y sont inscrites (article, 17/03/2014).
  • Après l’iPhone, Coursera lance son application pour iPad (annonce, 10/03/2014).
  • L’université d’Exeter développe un MOOC sur FutureLearn pour le compte de la société ACCA (Association of Chartered Certified Accountants) qui délivrera une accréditation professionnelle (annonce, 13/03/2014).

E-learning, éducation

  • Google lance un outil d’éducation en ligne nommé Oppia, qui permet à tous de créer des activités interactives pour enseigner (article, annonce, 27/02/2014).
  • Udacity propose un cours payant en trois parties sur le machine learning. Ces trois cours figurent au programme du Master en ligne créé par le consortium avec Georgia Tech (annonce, 28/02/2014).
  • La Commission Européenne lance l’Open Education Challenge et « offre aux start-ups existantes comme aux futurs entrepreneurs une chance unique de développer leurs projets contribuant à transformer l’éducation » (article, 03/03/2014).
  • Le professeur de physique Brian Greene (Columbia University) lance la World Science U, sur un principe proche des MOOCs (article, 05/03/2014; article, 11/03/2014)

Financements, levées de fonds

  • Google a lancé Google capital et a investi 40 millions de dollars dans un service de cloud pour l’éducation, créé par la société Renaissance Learning (article, autre article, 19/02/2014). Moins d’un mois plus tard, cette dernière a été acquise par la firme Hellman et Friedman. Google projette d’en demeurer investisseur (article, 13/03/2014).
  • La plateforme d’éducation en ligne 2U a fait un premier appel public à l’épargne (article, 21/02/2014).
  • La très populaire plateforme d’apprentissage en ligne et mobile Duolingo vient de lever 20 millions de dollars (article, 18/02/2014).
  • Uniquedu, créateur chinois du portail coursera-like Kaikeba, vient de lever 16,5 millions de dollars (article, 19/02/2014).

Validation des connaissances

  • Mozilla lance BadgeKit, un ensemble d’outils d’aide à la mise en place de systèmes de badge (article, 06/03/2014).

Partenariats

  • Douze nouveaux organismes dont Inter-American Development Bank, International Monetary Fund, Televisión Educativa, Giving Foundation, Linux Foundation, Smithsonian Institution ont rejoint edX. Ces derniers sont les premiers membres non-universitaires du consortium (annonce, article, 06/03/2014). Quelques jours plus tard, c’est au tour de Columbia University de devenir partenaire d’ edX (annonce, 13/03/2014).

Bilans, Critiques

  • Après Coursera et Udacity, c’est au tour d’ edX de devoir bloquer l’accès à ses cours pour les étudiants cubains, iraniens et soudanais (article, 04/03/2014).
  • Coursera a partagé des données concernant les apprenantes de sa plateforme (article, 08/03/2014).

Nouveaux cours

Mars

  • Pour le 07/03/2014 : un MOOC Les REL pour une éducation libre a été lancé. Organisé notamment par Stephen Downes et Dave Cormier, ce MOOC est une initiative de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF).
  • Pour le 17/03/2014 : sur la plateforme France Université Numérique (FUN), l’Institut Mines Télécom lance un MOOC La Fabrication Numérique.
  • Pour le 17/03/2014 : un MOOC How to read…a mind, réalisé par l’Université de Nottingham, sera disponible sur FutureLearn.

Avril

  • Pour le 30/04/2014 : la deuxième édition du MOOC Analyse Financière est disponible sur First Business MOOC.
  • Pour le 30/04/2014 : l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne lance un MOOC consacré au droit des entreprises sur France Université Numérique (FUN).

Mai

Dossier : Les SPOCs, l’ultime frontière de l’éducation en ligne ?

En matière d’éducation en ligne, les tendances se suivent… et se ressemblent : après l’e-learning, le blended learning, après la classe en ligne, la classe inversée, après les MOOCs, les SPOCs (Small Private Online Courses). Si l’acronyme, inventé par Armando Fox, conseiller académique du MOOC Lab de Berkeley, est nouveau, le concept qu’il désigne ne l’est pas pour autant : un cours en ligne utilisé en enseignement hybride pour un groupe de taille restreinte (d’une dizaine à une centaine de personnes), cela existe depuis longtemps et le SPOC n’en est que la dernière incarnation. Pourquoi cette tendance revient-elle en force, alors que le caractère ouvert et massif de l’éducation est plus que jamais en vogue de nos jours ?

Proposés par de nombreuses universités, comme Harvard, Berkeley ou encore l’Université Carlos III, les SPOCs importent le contenu des MOOCs au sein de la classe ou au sein de l’université, voire dans l’entreprise pour la formation continue. Ils ont émergé en réaction aux MOOCs, encore loin d’être parfaits (taux d’engagement faible, design encore trop linéaire, accréditation difficile…) mais sont aussi une adaptation de ces cours, une alternative au côté massif et ouvert. Parmi leurs avantages, un meilleur support de l’équipe pédagogique, une meilleure validation de l’identité et de fait, une plus grande valeur pour la certification. De plus, le journal Les Echos le souligne, «un catalogue de nouveaux services peut alors faire son apparition : correction personnalisée, coaching et suivi dédié, contact privilégié…». Comme le dit Marc Dennery dans le Blog de la Formation professionnelle : « le SPOC c’est le MOOC, le service en plus ! ».

Autre avantage des SPOCs, la formule donne de meilleurs résultats comme l’a montré le partenariat entre la San José State University et edX : « en fin de compte, 91% réussirent leur examen — un immense progrès (…) par rapport aux 65% en moyenne des sept dernières années. » Ces cours sont aussi tout à fait adaptés à la formation professionnelle continue, car ils privilégient l’accompagnement personnalisé et les exercices pratiques. Ajoutant à l’acquisition des savoirs celle des savoirs-faire, ils intéressent de nombreux organismes de formation, comme l’ESPE de Cergy-Pontoise ou encore Sciences-Po. Pour les entreprises, le SPOC a l’avantage d’avoir un coût de production moins élevé et, par rapport au présentiel, de permettre une grande souplesse dans la planification des cours.

Il serait logique de penser que ces cours sont une menace pour les MOOCs. Cependant, il semblerait qu’ils aient plutôt vocation à les compléter : par exemple, Harvard propose depuis peu 3 versions de son MOOC Introduction to Computer Science : une version gratuite par HarvardX, une version Harvard Extension School à 2050 dollars et une version hybride à 350 dollars. Les SPOCs participeraient donc à l’élargissement de l’offre de formation des universités, ainsi qu’à celui de leurs possibilités de revenus.

Il faut malgré tout noter que, si les SPOCs intéressent, leur forme n’est pas encore fixée. Pour preuve, la signification de l’acronyme SPOC diffère encore selon les auteurs : la plupart s’accordent sur Small Private Online Courses, mais il est également possible de voir Self-Paced Open Courses apparaître dans certains articles. A également émergé l’acronyme SOOC, pour Selective Open Online Courses. De plus, les SPOCs se déclinent sous différentes formes suivant les universités. Pour son cours « Copyright », qui ne donnait pas lieu à des crédits et demandait 8 heures de travail par semaine, Harvard a sélectionné 500 étudiants parmi 4100 candidats. La sélection s’est faite par le biais d’une dissertation et la vérification des titres universitaires. La Colorado State University-Global Campus a créé, en collaboration avec des responsables de formation professionnelle, des SPOCs destinés à une vingtaine d’apprenants et a adapté le programme en fonction de leurs besoins. L’université a également proposé des cours low-cost afin d’aider certains étudiants à obtenir leurs diplômes. L’Université Catholique de Louvain a suivi une autre approche : transformer un cours traditionnel en SPOC afin de préparer le lancement d’un MOOC. Autant de variations qui soulèvent de nombreuses questions : le SPOC est-il gratuit ou non ? Quel degré de sélection induit-il et comment se fait cette sélection : avec les premiers arrivés, les plus compétents ? Combien de personnes peuvent avoir accès à ce type de cours ? Est-ce une nouvelle édition du MOOC ou une spécialisation ? Ces questions n’ont, pour l’instant, pas trouvé de réponse unanime.

Les notions de blended learning, de classe inversée, de SPOC soulignent toutes la même volonté de mieux accompagner l’apprenant, de mieux contrôler et adapter l’acquisition des savoirs rendue plus complexe par l’abondance des ressources disponibles en ligne. Mais il est difficile de croire que, comme l’a dit Robert Lue, professeur à Harvard, «nous sommes déjà dans une ère post-MOOC». En effet, les SPOCs ne sont pas sans défauts : dans un récent article de recherche, Armando Fox souligne qu’il leur manque un aspect social, et que les étudiants des SPOCs bénéficieraient grandement des forums MOOCs, s’ils y participaient. De plus, Matthieu Cisel le dit avec beaucoup de pertinence dans une interview d’Educpros, le MOOC 2.0 se devra d’inclure les possibilités d’accompagnement que permettent aujourd’hui les SPOCs : «Plutôt que de faire petit, pour être plus intimiste et faire plus de suivi, il faut passer le suivi à l’échelle. L’intérêt d’un MOOC, c’est la démocratisation et l’ouverture à tous».

Sources

Quelques publications

  • Rapport d’Expertise et Accompagnement par la recherche du dispositif expérimental MOOC : « l’expertise produite par notre équipe concerne l’accompagnement par la recherche de la conception et de l’animation du dispositif expérimental de formation massivement ouvert en ligne ayant pour thème l’identité numérique (MOOC iNum). Cette expertise a été réalisée, entre mai et décembre 2013″ (Pierre-André Caron, Jean Heutte, Marilyne Rosselle, 22/02/2014).
  • Les plateformes MOOCs. Menaces et opportunités pour l’enseignement universitaire : « notre analyse se centre sur deux questions. D’une part, nous nous interrogeons sur la rentabilité des plateformes qui organisent cette nouvelle forme d’enseignement (…). D’autre part, nous cherchons à dégager des pistes d’action pour la politique publique en Fédération Wallonie-Bruxelles » (Regards Économiques, Paul Belleflamme, Julien Jacqmin, février 2014).
  • Massive Open Online Courses (MOOCs) : « a follow-up to the first paper published at the beginning of 2013, it is designed to inform and update EUA member universities and other interested stakeholders on the broad range of MOOCs developments that have taken place in recent months particularly in Europe and North America, but also more widely. » (European University Association, 27/02/2014).
  • The pedagogy of the Massive Open Online Course (MOOC): the UK view : « this report addresses the question of pedagogy within the Massive Open Online Course (MOOC): what kinds of MOOCs are currently offered in the UK; what it means to ‘teach’ in the open and at massive scale; and what kinds of demands and expectations are experienced by academics who teach MOOCs » (The Higher Education Academy, 06/03/2014).

Évènements

A venir

  • Du 24 au 28/03/2014 – LAK 14 – Indianapolis, USA.
  • Du 28 au 29/03/2014 – ISTP 2014 – Wellington, Nouvelle Zélande : « 4th International Summit on the Teaching Profession ».
  • Du 01 au 03/04/2014 – CSEDU 2014 – Barcelone, Espagne.
  • Du 10 au 11/04/2014 – Geomatice2014 – ENSG, Noisy-le-Grand.

Évènements précédents : quelques documents

Mots clés : « e-éducation », « MOOC », « TICE », « plateforme e-learning », « université en ligne », « sciences du numérique », « FUN », « France Université Numérique », « SPOC », « Small Private Online Courses », « formation continue », « formation professionnelle », « classe inversée », « flipped classroom », « blended learning »

Voir toutes les newsletters